HayangeAme.jpgPar Jorys G (3ème B) – illustration « Vague à l’âme dans les tranchées » Pierre B (5ème B) Collège J. Monod, Hayange

Cette guerre durera quatre ans du 1er août 1914 au 11 novembre 1918. Quatre longues années qui n’auront servi à rien.
Pendant la première guerre mondiale, les soldats vivaient très mal. Ils avaient des conditions de vie atroces avec un manque d’hygiène important. C’est pour cela qu’ils ont été surnommés  les poilus.

Les hommes manquaient de nourriture, ce qui entraînait la famine avec énormément de morts. Les poilus vivaient avec la fatigue car ils étaient obligés de rester éveillés pour voir si l’ennemi arrivait pour les attaquer.

Le froid les faisait énormément souffrir. Ils restaient dehors jour et nuit ainsi que dans la boue fort désagréable. Les rats leur faisaient très peur car ils étaient très gros et leur mangeaient leur peu de nourriture qu’il restait.

La survie était primordiale. Ils voulaient protéger leur amis, la famille ainsi que leurs proches ce qui était loin d’être facile vu les conditions de vie qui leur étaient données. Voir les gens mourir autour d’eux était difficile à surmonter, ainsi que la peur de se faire fusiller ou de respirer des gaz mortels.

Pendant cette guerre les poilus avaient un équipement lourd et peu pratique pour le combat. C’est pour cela que pendant la guerre leurs uniformes ont été changés et ont été adaptés pour les conditions de vie des soldats. De nouvelles armes ont aussi fait leur apparition pendant la grande guerre, comme les grenades, les fusils mitrailleurs, les tanks, ainsi que les gaz toxiques qui brûlaient les poumons ainsi que les yeux. Par la suite ils ont compris qu’ils utiliseraient des masques à gaz afin de les protéger des brûlures internes et que leurs yeux ne seraient pas touchés.

Pendant les moments de calme, les soldats pouvaient se réconforter en lisant les lettres que la famille leur avait envoyées. Malheureusement la plupart des lettres seront interceptées ou réécrites car la censure interdisait l’envoi de mauvaises nouvelles. Certains soldats n’avaient plus de famille ; alors des femmes célibataires surnommées « marraines » leur écrivaient des lettres pour les réconforter.

A la fin de la première guerre mondiale, les soldats ne voulaient plus aller au front ni combattre car la guerre faisait trop de morts et de blessés. Il n’y avait ni gagnant, ni perdant. C’est pour tout cela qu’il y a eu de nombreuses mutineries. Pour y mettre fin, les supérieurs ont condamné à mort certains meneurs, pour l’exemple !

A la fin de la guerre, nombreux sont revenus blessés ou amputés, on les a surnommés « les gueules cassées ».

PRODUCTION ECRITE : Les poilus et la guerre de 14-18
Jorys G (3ème B, Collège J.Monod)

ILLUSTRATION : Vague à l’âme dans les tranchées
Pierre B (5ème B, Collège J. Monod)