Programmes



CYCLE D'ADAPTATION (6ème)


Les liens en bleu dans le programme renvoient à des activités ou des exercices, les liens en vert foncé renvoient aux capacités du socle commun, les liens en vert clair renvoient aux contenus des thèmes de convergence .

SOMMAIRE


I - INTRODUCTION GENERALE POUR LE COLLEGE

II - PROGRAMME DE LA CLASSE DE SIXIEME

- Introduction

- Caratéristiques de l'environnement proche et répartition des êtres vivants.

- Le peuplement d'un milieu.

- Origine de la matières des êtres vivants

- Des pratiques au service de l'alimentation humaine

- Partie transversale diversité, parentés et unité des êtres vivants



INTRODUCTION GéNéRALE POUR LE COLLèGE


Les objectifs de l'enseignement des sciences de la vie et de la Terre au collège
Les objectifs de l'enseignement des sciences de la vie et de la Terre (SVT) au collège sont d'ordre cognitif, méthodologique et éducatif. Une importance particulière est accordée au domaine éducatif, pour former des citoyens responsables capables de choix raisonnés.
  Les objectifs cognitifs
On attend de l'élève sortant du collège qu'il puisse 
les manifestations les plus courantes du fonctionnement de l'organisme humain, les principes simples de transmission du patrimoine héréditaire, les moyens grâce auxquels cet organisme se préserve des risques liés à certains éléments de l'environnement ;
les composantes biologiques et géologiques essentielles de l'environnement proche ou lointain, comprendre quelques-unes de leurs relations ;
décrire les grandes étapes de l'histoire de la Terre et de la vie et y situer l'Homme ;
appréhender, au-delà de sa diversité, l'unité et l'organisation du monde vivant, de la biosphère à la cellule.
 Les objectifs méthodologiques
Au terme des quatre années de collège, on attend de chaque élève qu'il ait acquis des savoir-faire nécessaires à la poursuite de ses études et utiles dans sa vie d'adulte citoyen, en ce qui concerne l'esprit scientifique, qu'il ait appris à :
s'informer (en particulier à observer) ;
réaliser (par exemple des manipulations, des montages expérimentaux simples, des mesures, des élevages, des cultures) ;
communiquer dans un domaine scientifique, oralement ou par écrit (ce qui suppose la maitrise des langages en général et des spécificités des langages scientifiques en particulier) mais aussi par le dessin scientifique et le schéma ;
-
Raisonner (par exemple classer, relier, adopter une démarche scientifique, faire preuve d'esprit critique).

 Les objectifs éducatifs
L'éducation à la responsabilité, contribution à la formation du citoyen, concerne essentiellement la santé et l'environnement. Elle constitue un axe essentiel pour la conception de l'enseignement et pour la définition des compétences à faire acquérir. Les aspects éducatifs sont toujours en rapport avec les savoirs construits et les méthodes mises en oeuvre.
Il s'agit de former les élèves à adopter une attitude raisonnée fondée sur la connaissance et de développer un comportement citoyen responsable vis à vis de l'environnement (préservation des espèces, gestion des milieux et des ressources, prévention des risques) et de la vie (respect des êtres vivants, des hommes et des femmes dans leur diversité).
L'éducation à la responsabilité concerne aussi la santé. Les élèves comprennent que celle-ci repose sur des fonctions biologiques coordonnées susceptibles d'être perturbées par les caractéristiques de son environnement et par certains comportements individuels ou collectifs.
L'élève aura alors les moyens de développer une démarche ouverte et critique vis-à-vis des images et des informations apportées par les médias, sur le monde naturel, sur les sciences, notamment dans les domaines de la santé et de l'environnement.
Des outils pour atteindre ces objectifs
Pour atteindre ces objectifs, le professeur met en oeuvre une pédagogie visant à impliquer les élèves.
Démarches et formation au raisonnement scientifique
L'objectif de l'enseignement des SVT est de comprendre le monde qui nous entoure. Pour ce faire, il convient de s'appuyer sur une démarche d'investigation, cherchant à expliquer les phénomènes biologiques et géologiques étudiés.
 La démarche d'investigation
Elle constitue l'unité de l'enseignement des SVT. Il s'agit'expliquer le réel 
- à partir de l'observation de phénomènes perceptibles à différents niveaux d'organisation ;
- à partir de manipulations, d'expérimentations ou de modélisations permettant d'éprouver des hypothèses explicatives.
La connaissance est alors construite et non appliquée. A tout moment de la démarche, l'élève doit percevoir ce qui fonde sa recherche et le sens de ce qu'il est en train de faire.
L'organisation d'activités de recherche et de manipulation, finalisée par une production identifiée des élèves, favorise la concrétisation de cette démarche. Elle est permise
:
-
l'allègement de l'effectif prévu par la grille horaire en classe de sixième ;
-
les choix de répartition des moyens décidés par les établissements dans le cadre de leur autonomie aux autres niveaux.
Une couverture équilibrée des programmes reste cependant incompatible avec une construction permanente du savoir à partir d'activités individuelles ou de groupes. De façon mesurée, le professeur peut donc recourir à des exposés structurés respectant une démarche explicative.
Les activités pratiques et la diversification
L'ensemble des activités pratiques, de recherche et de production proposées en exemple par le programme ne peut être réalisé. Des choix s'imposent, notamment pour assurer la cohérence globale de la formation méthodologique des élèves. Les choix opérés doivent représenter une réelle opportunité de diversifier l'offre et donc de motiver davantage les élèves, ce qui doit être un objectif essentiel de l'enseignement des SVT au collège. Ils devront intégrer la nécessité de :
-
varier les activités de recherche et ainsi les outils (premier axe de diversification) par :
- des observations (du macroscopique au microscopique) à des niveaux différents d'organisation, de complexité croissante ; ces activités peuvent se réaliser lors de sorties et en classe, en partant du réel, avec ou sans instruments d'observation, à partir de documents audiovisuels, de documents de synthèse comme une carte géologique ou de documents ne pouvant être construits en classe comme une banque de données ;
-
des manipulations et des expérimentations : conception et réalisation d'un protocole, mise en œuvre d'un montage technique, exploitation critique de résultats, réalisation de préparations variées, étude de paramètres et de leur influence sur un phénomène, réalisation de mesures ;
-
des modélisations matérielles ou informatiques ;
- varier les activités de production (deuxième axe de diversification) s'appuyant sur les activités de recherche précédentes par 
- la réalisation d'un protocole à partir d'une fiche technique, de maquettes, de comptes-rendus détaillés et illustrés d'expériences ;
-
la communication et l'interprétation des résultats sous différentes formes  par exemple un dessin d'observation, un schéma, un court texte, un commentaire oral.
Quelle que soit l'activité choisie, il ne s'agira pas pour l'élève d'appliquer systématiquement des consignes mais d'en comprendre l'intention. C'est la condition nécessaire à une véritable démarche de construction des connaissances et d'enrichissement des compétences méthodologiques et techniques. Le degré d'acquisition de ces compétences doit bien évidemment être évalué.
évaluation
L'évaluation, pratiquée dès la classe de sixième, porte sur les connaissances et sur les compétences méthodologiques. Elle prend des formes variées (par exemple, réponse rédigée ou orale, dessin scientifique, tableau complété, activité pratique à effectuer) pour tenir compte de la diversité des compétences développées et des profils différents des élèves.
Tantôt l'évaluation jalonne les apprentissages en révélant les difficultés, première étape à une différenciation des aides à apporter (évaluation diagnostique et formative), tantôt elle permet de dresser, à la fin d'une étude, le bilan des acquisitions et des progrès de chaque élève (évaluation sommative).
Les connaissances et le vocabulaire exigibles au cours des évaluations sont ceux qui apparaissent dans la colonne « 
contenus-notions » du programme.
L'identification et la communication à la classe des objectifs méthodologiques (I  s'informer, Ra  raisonner, Re  réaliser, C  communiquer) permet à chaque élève, tout au long de sa scolarité au collège, de suivre ses progrès dans ses apprentissages. Le professeur peut mieux connaâtre le profil de chacun en terme de compétences grâce à la mise en place d'outils de suivi des acquisitions. Cette connaissance doit favoriser l'ajustement de l'action pédagogique. Ces résultats des différents types d'évaluation constituent en outre un outil privilégié de la communication entre le professeur, l'élève et ses parents, tout particulièrement indispensable au cycle d'orientation.
Des épreuves communes devraient permettre d'harmoniser les modalités et le niveau des évaluations.
Cohérence verticale  tenir compte des acquis de l'école primaire, préparer aux différentes voies des lycées
Les objectifs cognitifs, méthodologiques et éducatifs de l'enseignement des SVT au collège sont en cohérence avec ceux de l'enseignement des sciences et de la technologie au cycle des approfondissements de l'école primaire. Pour construire son enseignement au collège, le professeur est invité à s'appuyer sur les représentations et acquis des élèves et doit prendre en compte les programmes en vigueur à l'école primaire depuis la rentrée 2002 (Rubrique Découvrir le monde au cycle des apprentissages fondamentaux cycle II et rubrique Sciences et technologie au cycle des approfondissements cycle III). Il convient également de consulter les documents d'application et les « fiches connaissances » diffusées par la Direction de l'enseignement scolaire.
Il est souhaitable que des initiatives locales permettent aux professeurs enseignant en collège et aux professeurs des écoles une connaissance mutuelle des programmes afin d'assurer une continuité pédagogique.
L'harmonisation du vocabulaire utilisé, la réflexion autour de la démarche d'investigation et des pratiques d'évaluation sont d'autres pistes de travail à explorer lors de réunions de liaison école-collège.
L'enseignement des SVT vise à doter les élèves, à la fin de leur scolarité au collège, d'un niveau fondamental de compréhension du monde, leur permettant d'adopter une attitude responsable. Il doit également préparer la poursuite de l'enseignement des SVT dans la voie générale et technologique ou la vie sociale et professionnelle dans la voie professionnelle. Lors de rencontres entre les professeurs enseignant en collège et en lycée, il est recommandé de réfléchir aux stratégies qu'il y a lieu de développer localement pour mieux assurer une cohérence des enseignements, en particulier en liaison avec l'évaluation des capacités expérimentales au baccalauréat.

Cohérence horizontale : favoriser la synergie entre les enseignements disciplinaires
La volonté de rechercher une cohérence dans l'enseignement scientifique permet de progresser dans l'approche pluridisciplinaire de l'enseignement.
La présentation des programmes des SVT, de mathématiques et de physique-chimie a été harmonisée, afin d'en faciliter la lecture croisée et de favoriser les discussions entre enseignants en vue d'une meilleure harmonisation des progressions disciplinaires. Les programmes restent cependant destinés en priorité aux enseignants. Les traces écrites doivent être construites avec les élèves et adaptées au public concerné ; elles ne sauraient se réduire à de simples reprises des énoncés du programme.
Les programmes intègrent par ailleurs des indications signalant un corrélat avec les programmes d'une autre discipline et invitant le professeur à prendre connaissance de la nature des questions abordées dans celle-ci, au moins par une information réciproque, parfois par le choix en commun d'activités menées en cohérence. Ces propositions sont aussi des supports utiles pour la mise en place des dispositifs transdisciplinaires, que sont notamment les itinéraires de découverte, ou des classes à projet culturel ; ils peuvent également constituer des thèmes privilégiés d'ateliers de pratiques scientifiques, en fonction des partenaires locaux. L'harmonisation du vocabulaire employé ainsi que l'identification des polysémies relevées au collège doivent pouvoir être davantage prises en compte afin de faciliter l'apprentissage des élèves en clarifiant certaines ambiguïtés.
Contribution des SVT aux objectifs généraux du collège
maitrise de la langue
L'enseignement des SVT participe à l'apprentissage et à la maitrise de la langue d'autant que l'alternance des échanges oraux et des écrits individuels favorise, pour chaque élève, la structuration de sa pensée scientifique en construction.
La mise en œuvre d'activités intégrées dans une démarche explicative met les élèves en situation de formuler, à l'oral ou par écrit, des problèmes scientifiques, des hypothèses, des pistes de recherche, des comptes-rendus d'activités, des bilans, des conclusions.
Ces différentes modalités d'apprentissage conduisent l'élève à développer ses compétences à expliquer, argumenter, justifier, à communiquer avec le professeur et/ou les autres élèves en sachant écouter et respecter les différents avis émis dans la classe.
maitrise des technologies de l'information et de la communication
L'enseignement des SVT repose essentiellement sur des activités pratiques permettant l'observation du concret, la manipulation, l'expérimentation et comporte déjà des aspects techniques. Néanmoins plusieurs parties de programmes sont propices à une utilisation intelligente et intégrée des technologies de l'information et de la communication.
L'équipement informatique multimédia disponible dans l'établissement et le développement de réseaux permettent aux élèves d'accéder à des informations riches et diverses. Ils sont ici amenés, à l'occasion d'une démarche d'investigation, à développer leurs compétences à trier des informations et à les organiser pour communiquer. L'élève se familiarise à l'expérimentation assistée par ordinateur, à l'utilisation de cédéroms, de banques de données, de banques d'images et de vidéogrammes, de logiciels de simulation.
Tous ces outils contribuent à la diversification des activités de recherche et de production. Ils favorisent par ailleurs l'interactivité, facteur de motivation et surtout de différenciation des rythmes d'apprentissage.
Les exemples d'activités incluant les technologies nouvelles d'information et de communication ont été renforcés dans la présentation des programmes de sciences de la vie et de la Terre, afin de mieux prendre en compte les compétences à développer dans le cadre du niveau 2 du Brevet informatique et internet. La mention
[B2i] signale dans les programmes les points particulièrement propices au développement de ces compétences.
éducation à l'orientation
Dans l'optique de l'éducation à l'orientation, les différentes parties du programme sont l'occasion d'évoquer et de présenter brièvement les secteurs d'activité liés aux contenus enseignés  secteurs médicaux, para-médicaux et sociaux, de l'environnement, des biotechnologies, de la géologie appliquée, de la recherche… Une information plus précise sur les voies d'accès et les débouchés vers les métiers correspondants relève de la compétence des personnels d'orientation.
Histoire des sciences.
L'enseignement des SVT à partir de l'histoire des sciences représente une réelle opportunité de motivation pour les élèves, dont il favorise la curiosité. Il permet de les faire réfléchir sur la façon dont se construisent les savoirs, de manière rarement linéaire et progressive mais par tâtonnements, par remise en cause de théories incomplètes ou erronées. C'est également une façon de prendre en considération les représentations et obstacles qui existent à chaque étape des apprentissages. Dans cette perspective, l'enseignement doit au moins intégrer une activité par niveau basée, sur un événement scientifique de portée historique.
Des adaptations aux caractéristiques des élèves
La priorité donnée aux activités pratiques et l'accent porté sur la formation aux méthodes constituent des réponses aux besoins des élèves en difficulté.
Les activités suggérées, dont la liste n'est pas limitative, le libre choix des exemples offrent une grande variété de voies d'accès aux compétences et aux notions, donc une possibilité d'adaptation aux différents publics scolaires, notamment pour favoriser l'orientation vers des filières scientifiques.
Par contre, les « contenus - notions » du programme (colonne de gauche) restent le socle commun des connaissances.
Architecture des programmes
Pour chaque partie, après une introduction qui en définit l'esprit, une présentation en trois colonnes est retenue.
-
une première colonne « contenus - notions » indique à la fois le cadre, les idées directrices et le niveau de connaissances visé, mais n'impose ni un ordre d'étude des notions, ni une démarche.
- une deuxième colonne précise les compétences qui impliquent à la fois connaissances et méthodes. Elle fixe le socle commun de ce que les élèves doivent savoir au terme de l'enseignement.
-
une troisième colonne propose une liste non exhaustive et non limitative d'activités. Elles sont reliées aux compétences méthodologiques définies dès la classe de sixième. Le choix de ces activités, toujours intégrées à la démarche, appartient au professeur, garant de la couverture équilibrée de l'ensemble du programme.
Les limites envisagées sont clairement précisées en fin de chaque chapitre ;
des indications horaires permettent de traiter l'essentiel, dans le temps imparti.
Pour chacun des niveaux, l'ordre dans lequel les différentes parties du programme sont présentées n'est pas imposé ; il appartient à chaque professeur de construire une progression pertinente tenant compte des contraintes matérielles et des spécificités de l'établissement et de la classe.
retour sommaire


PROGRAMME DE LA CLASSE DE SIXIèME



Introduction

Ce préambule complète l'introduction commune à l'ensemble des disciplines scientifiques ainsi que l'introduction générale aux programmes de sciences de la vie et de la Terre pour le collège, auxquelles il convient de se référer.

1. Présentation du programme
Le programme de la classe de sixième permet d'identifier les composantes essentielles de l'environnement proche et d'en comprendre deux aspects  le peuplement des milieux ; la production et le recyclage de la matière. Ces bases scientifiques permettent d'analyser certaines applications biotechnologiques et de mettre en évidence l'intervention de l'Homme sur son environnement pour satisfaire ses besoins alimentaires. Ainsi, dès l'entrée au collège sont présentés les deux aspects de la science, l'un tourné vers la compréhension de la nature, l'autre vers des applications utiles à l'Homme.
A travers ces différentes études apparaissent la diversité et l'unité du monde vivant.
Les contenus abordés font appel aux acquis des programmes rénovés de l'école primaire pour les renforcer, les compléter, finalement assurer à tous les élèves le socle commun de connaissances nécessaire pour leur permettre d'aborder avec profit les classes suivantes.
Le programme est organisé en cinq parties. Celles-ci ne constituent toutefois pas des blocs intangibles. Leur ordre de présentation dans le programme n'impose pas un ordre de traitement en classe.

La partie « diversité, parentés et unité des être vivants» ne doit d'ailleurs pas faire l'objet d'un enseignement en continu mais doit être répartie sur l'ensemble de l'année.

La répartition horaire proposée entre ces différentes parties a pour objectif d'assurer une couverture équilibrée du programme et de respecter ses limites.
-
Caractéristiques de l'environnement proche et répartition des êtres vivants (durée conseillée  5 heures).
-
Le peuplement d'un milieu (durée conseillée  14 heures).
-
Origine de la matière des êtres vivants (durée conseillée  11 heures).
-
Des pratiques au service de l'alimentation humaine (durée conseillée  8 heures).
-
Partie transversale  diversité, parentés et unité des êtres vivants (durée conseillée  7 heures à répartir sur l'année).


2. Un accent sur la formation aux méthodes
En classe de sixième, la formation méthodologique des élèves est essentielle. Un accent particulier est porté dans cette classe sur l'observation, au service de la démarche d'investigation, dans la continuité de la rénovation de l'enseignement des sciences à l'école primaire. Dans cette optique, l'allègement des effectifs prévue par la grille horaire de la classe de sixième (1h +0.5h) favorise l'organisation d'activités pratiques.
Ce programme de la classe de sixième et les conditions de sa mise en œuvre doivent permettre également de diversifier les approches pédagogiques, privilégiant l'initiative et l'autonomie des élèves. Le socle commun établit la possibilité d'échanger, d'agir et de choisir en connaissance de cause, en développant la capacité de juger par soi-même.
Dans la partie Des pratiques au service de l'alimentation humaine  le programme offre donc l'opportunité d'exercer l'élève à l'apprentissage de L'autonomie et l'initiative, [Compétence 7].

Les activités des élèves débouchent le plus souvent sur des productions qui développent des capacités de la compétence 1 La maitrise de la langue française, par exemple : copier un texte sans faute, écrire lisiblement et correctement un texte, répondre à une question par une phrase complète, rédiger un texte cohérent, prendre part à un dialogue, un débat …
Au delà des apprentissages spécifiques de notre discipline, on veillera à ce que les élèves soient en mesure de développer ces capacités.

Concernant la maitrise des techniques usuelles de l'information et de la communication, ce programme permet d'engager des apprentissages aux connaissances, capacités et attitudes de cette compétence 4.
D'une manière générale, le programme de la classe de sixième offre de nombreuses opportunités pour former aux compétences du référentiel du B2i-collège. Ces compétences sont réparties en cinq domaines :
• domaine 1 : s'approprier un environnement informatique de travail ;
• domaine 2 : adopter une attitude responsable ;
• domaine 3 : créer, produire, traiter, exploiter des données ;
• domaine 4 : s'informer, se documenter ;
• domaine 5 : communiquer, échanger.

A l'occasion de diverses activités visant des compétences du programme, les élèves peuvent être amenés à utiliser les technologies de l'information et de la communication. Progressivement, ils vont ainsi acquérir également des compétences du référentiel du B2i- collège. Il revient au professeur, en concertation avec ceux des autres disciplines, et en cohérence sur les quatre niveaux du collège, d'organiser la participation de son enseignement au suivi et à la validation de cette formation.

Le tableau ci-dessous récapitule quelques éléments du programme de la classe de sixième en sciences de la vie et de la Terre qui peuvent être utilement reliés aux objectifs du référentiel du B2i collège, en fonction des technologies utilisées pour l'information et la communication.

 


Contenu du programme et technologies de l'information et de la communication envisageables


  Domaines du B2i
Réaliser des mesures en expérimentation assistée par ordinateur (ExAO). Domaine 1 : s'approprier un environnement informatique de travail.

Domaine 3 créer, produire, traiter, exploiter des données.

Observer à la loupe ou au microscope avec réalisation d'images numériques.
Construire un tableau avec un logiciel de traitement de texte.
Rédiger un compte-rendu avec un logiciel de traitement de texte en insérant des images numériques .
Rechercher des informations dans des bases de données sur l'Internet Domaine 1 : s'approprier un environnement informatique de travail

Domaine 2 : adopter une attitude responsable.

Domaine 4 : s'informer, se documenter.

Plus particulièrement, au cours de cette première année d'études secondaires, l'élève doit consolider ses acquis de l'école primaire dans le champ des technologies de l'information et de la communication, et acquérir les bases indispensables pour poursuivre au mieux son cursus et acquérir une maitrise suffisante de l'environnement informatique, notamment en réseau, et les éléments nécessaires à une utilisation responsable et sûre.


3. La mise en contact avec le terrain
L'observation d'organismes vivants et de leurs activités est rendue possible 
-
la collecte de matériel sur le terrain avant leur étude en classe ;
-
la mise en place d'élevages ou de cultures en classe ou au sein d'un «Espace nature» qui pourra éventuellement être créé dans l'établissement ;
-
l'organisation, sur l'horaire de SVT, de sorties régulières dans l'enceinte ou l'immédiate proximité de l'établissement, si son environnement le permet ;
-
l'organisation de sorties plus lointaines et nécessitant un aménagement de l'emploi du temps des élèves, si les conditions, notamment financières, le permettent.
La construction des notions est progressive. Les observations gagneront donc à être suivies tout au long de l'année  ainsi un premier travail de terrain en tout début d'année peut être suivi d'autres sorties de proximité à différentes saisons.
Le travail de terrain, les prélèvements de matériels destinés à être utilisés en classe et les mises en élevage s'effectuent dans les limites prévues par la réglementation et dans le respect de l'environnement.
Ce travail de terrain peut être l'occasion de développer certaines compétences sociales et civiques [Compétence 6] : respecter les règles, notamment de sécurité, communiquer et travailler en équipe.


Caractéristiques de l'environnement proche et répartition des êtres vivants
Durée conseillée: 5 heures.

Objectifs scientifiques
Cette partie doit permettre à l'élève de rendre compte objectivement de faits d'observation et ne doit pas faire l'objet de recherche d'explication. Il s'agit 
-
'identifier et de relier les composantes biologiques et physiques de l'environnement étudié ;
-
formuler à partir de l'analyse du réel au cours des sorties, les problèmes scientifiques qui serviront de fils directeurs aux démarches d'investigation des différentes parties.

Objectifs éducatifs
Il convient de préparer les élèves à adopter une attitude raisonnée et responsable vis-à-vis des composantes de leur cadre de vie, en cohérence avec le projet d'éducation à l'environnement vers le développement durable.
Les prélèvements effectués de manière raisonnée doivent permettre de préserver la biodiversité du milieu.

Cohérence verticale
A l'école, durant le cycle des apprentissages fondamentaux (cycle 2), les élèves ont découvert la diversité des milieux. Au cycle des approfondissements (cycle 3), une approche écologique à partir de l'environnement proche a été proposée aux élèves.

Attitudes
Cette partie du programme est favorable au développement des attitudes suivantes :
- le sens de l'observation ;
- la curiosité pour la découverte des causes des phénomènes naturels ;
- la responsabilité individuelle et collective face à l'environnement et au développement durable.

Connaissances Capacités déclinées dans une situation d'apprentissage Exemples d'activités
 On distingue dans notre environnement :

- des composantes minérales ;

- divers organismes vivants ;

- des manifestations de l'activité humaine.

Les organismes vivants observés ne sont pas répartis au hasard.
Il existe des interactions entre les organismes vivants et les caractéristiques du milieu, par exemple, la présence d'un sol, la présence d'eau, l'exposition, l'heure du jour.

La répartition peut aussi dépendre de l'action de l'Homme.

Rechercher l'information utile et la trier
[Compétence 7] afin d'identifier les composantes vivantes et minérales de l'environnement.

Pratiquer une démarche scientifique : observer, questionner afin de relier la présence d'êtres vivants aux conditions de milieu.

Manipuler : réaliser des mesures.
Exprimer des résultats : construire un tableau afin de présenter les résultats des mesures.
[Compétence 4 – B2i domaines 1 et 3]

Comprendre qu'un effet peut avoir plusieurs causes agissant simultanément.*
Observation de la répartition de différents êtres vivants présents dans le milieu.
Mise en élevage ou en culture de quelques êtres vivants recueillis, dans les limites de la réglementation.
Réalisation d'un herbier, individuel, de classe ou par groupes, de quelques végétaux courants non protégés.
Comparaison de deux milieux différents de l'environnement proche quant aux êtres vivants qui s'y trouvent.
Réalisation de mesures des températures, d'éclairement et d'hygrométrie à des heures différentes, à des périodes différentes, dans un même milieu, en des lieux diversement exposés
(exposition et formes du relief, couverture nuageuse, couverture végétale) et/ou dans des milieux différents.
Présentation des résultats sous forme de tableaux à l'aide d'un traitement de texte. [B2i] élaboration d'un compte-rendu de travail sur le terrain, présenté oralement, par écrit, par des photographies ou par un film.
Repérage des transformations apportées par l'Homme dans l'environnement étudié :
- en exploitant des documents d'archives illustrant les états antérieurs (assèchement, lotissement, plantation) ;
- en comparant avec un environnement équivalent, proche et moins modifié (zone piétinée, friches…). [B2i]

[Ecole primaire :  fiches 1,10 et 16, cycle 2 et 3]
[Mathématiques :  proportionnalité, pourcentage, organisation des données, nombres décimaux]
[Français :  liste, tableau, traces écrites]
[Thèmes de convergence : environnement et développement durable]
Sont exclus :
-
les préférendums ;
-
le cycle de l'eau ;
-
l'exploitation de sorties trop éloignées du collège ;
-
l'étude successive et exhaustive des composantes du milieu pour elle-même.

retour sommaire


Le peuplement d'un milieu
Durée conseillée: 14 heures.

Objectifs scientifiques
Cette partie permet, en s'appuyant sur les milieux précédemment découverts, d'aborder l'organisation du monde vivant au travers des problèmes relatifs au peuplement, soulevés dans l'étude des caractéristiques de l'environnement et de la répartition des êtres vivants. L'étude des fonctions n'est pas au programme de sixième. Les explications, toujours simples, ne nécessitent pas le recours à des phénomènes biologiques tels que la fécondation. Les migrations, l'hibernation (ou l'estivation) sont étudiées uniquement comme causes de variations du peuplement.
Le travail doit rester centré sur des activités essentiellement pratiques, insérées dans la démarche suivie, articulées aux observations faites sur le terrain et au matériel vivant récolté.

Objectifs éducatifs
Dans cette partie les élèves seront amenés à comprendre que l'Homme par ses choix d'aménagement influe sur le peuplement des milieux ; ils sont ainsi sensibilisés au développement durable.

Cohérence verticale
A l'école primaire, au cycle des approfondissements, les élèves ont étudié 
- les stades du développement d'un être vivant ;
-
les conditions de développement des végétaux ;
-
les divers modes de reproduction (animale et végétale).
En mobilisant ces notions lorsqu'elles sont utiles à la résolution du problème posé, le professeur de collège s'assure de leur acquisition par tous les élèves et les complète selon les besoins.

Attitudes
Cette partie du programme permet de développer les attitudes suivantes :

- le sens de l'observation ;
- la curiosité pour la découverte des causes des phénomènes naturels ;
- la responsabilité individuelle et collective face à l'environnement et au développement durable ;
- l'esprit critique notamment la distinction entre le « prouvé » et le « probable » [Compétence 7].

    .
Connaissances Capacités déclinées dans une situation d'apprentissage Exemples d'activités
L'occupation du milieu par les êtres vivants varie au cours des saisons.
Ces variations du peuplement du milieu se caractérisent par  :
-
des alternances de formes chez les espèces végétales (graine, bourgeon, organes souterrains
et animales (adultes, larves);

- des comportements chez les espèces animales.
Ces alternances de formes (larve / adulte ; graine / plante) sont des modalités du développement des organismes vivants.



Pratiquer une démarche scientifique : observer, questionner.

Formuler une hypothèse explicative. Concevoir un protocole pour éprouver une hypothèse et le mettre en œuvre dans le cadre d'une démarche expérimentale.  [Compétence 7]

Manipuler : réaliser une culture.

Mobiliser ses connaissances en situation afin de replacer dans l'ordre chronologique les alternances de formes chez un végétal et chez un animal.

Conception et réalisation d'une expérimentation pour éprouver des hypothèses sur l'influence de conditions sur la germination des graines.
Classement des végétaux en végétaux annuels et en végétaux vivaces.

Classement des animaux du milieu en hibernant, estivant, migrateur et actif.
Comparaison du mode de vie d'une larve et de l'adulte correspondant, pour expliquer le changement de milieu d'une espèce selon les saisons.
L'installation des végétaux dans un milieu est assurée par des formes de dispersion : graines ou spores.

  L'envahissement d'un milieu est assuré par certaines parties du végétal impliquées dans la reproduction végétative.

La formation de la graine nécessite le dépôt de pollen sur le pistil de la fleur.*
Manipuler : réaliser une culture.
Observer, argumenter afin de relier les caractères des graines et le mode de dissémination.

Réaliser un dessin scientifique.

Regrouper dans un même document plusieurs éléments (texte et image, photographie numérique. [Compétence 4 – B2i domaine 3]

Situer dans le temps des découvertes scientifiques
. [Compétence 5]

Réaliser une observation à la loupe binoculaire et/ou au microscope.

Respecter les consignes de fiches techniques.

Observation de graines, sporanges, sporogones, spores.

Comparaison de graines basée sur leur mode de dissémination.

Dessin d'une graine, d'un pistil ouvert, d'un sporange et ses spores.

Mise en germination de graines, de spores.

Dissection d'une fleur pour mettre en évidence le pistil.

Exploitation des résultats d'un ensachage de fleur [Histoire des sciences].

Observation, réalisation de bouturage ou marcottage.

Observation du développement d'une plante à rhizome ou d'une plante à stolons.

L'Homme influe sur le peuplement du milieu selon ses choixd'aménagement , ses besoins alimentaires ou industriels .
Son influence est directe sur le peuplement (déboisement, ensemencement, chasse, utilisation de pesticides…).

Son influence est indirecte sur le peuplement (accumulation de déchets, aménagement du territoire, modifications topographiques).

Mobiliser des connaissances en situation pour comprendre l'action de l'Homme. Observation ou recherche d'informations relatives à une action directe de l'Homme sur le peuplement, à partir de l'étude d'exemples locaux, éventuellement en utilisant des logiciels de simulation. [B2i]

Observation ou recherche d'informations relatives à une action indirecte de l'Homme sur le peuplement, à partir d'exemples locaux, éventuellement en utilisant des logiciels de simulation. [B2i]

[Thèmes de convergence  :  environnement et développement durable]

Sont exclus :
- l'étude systématique de la reproduction animale ;
-
le niveau cellulaire (gamètes, fécondation) ;
-
les exemples de peuplements animal et végétal sans lien avec la région ;
- l'étude pour elles même des fonctions de reproduction ;
- la colonisation par les animaux.
retour sommaire


Origine de la matière des êtres vivants
Durée conseillée: 11 heures

Objectifs scientifiques
L'étude concerne la production   de matière   par les organismes vivants et leur interdépendance alimentaire. Il s'agit de montrer la place particulière des décomposeurs du sol dans le recyclage de la matière organique. L'étude des fonctions n'est pas au programme de sixième. Les explications, toujours simples, ne nécessitent pas le recours à une étude détaillée des phénomènes biologiques tels que la digestion, l'assimilation, la photosynthèse, la minéralisation de la matière organique. La croissance permet de repérer la production de matière par les organismes vivants, elle est l'une des caractéristiques du vivant. Le travail reste centré sur des activités essentiellement pratiques, insérées dans la démarche suivie, articulées aux observations faites sur le terrain et au matériel vivant récolté.

Objectif éducatif
Il s'agit de faire prendre conscience aux élèves de la réalité du recyclage de la matière dans leur environnement, afin d'en tenir compte dans une perspective de développement durable.

Cohérence verticale 
A l'école, au cycle des approfondissements, sont abordés 
- rôle et place des êtres vivants,
- notions de chaânes et de réseaux alimentaires.

Attitudes
Cette partie du programme est favorable à la mise en œuvre des attitudes suivantes :

- la curiosité pour la découverte des causes des phénomènes naturels ;
- la responsabilité individuelle et collective face à l'environnement et au développement durable ;

 - l'esprit critique notamment dans l'analyse d'un résultat dans son contexte scientifique.


Connaissances Capacités déclinées dans une situation d'apprentissage Exemples d'activités
Tous les organismes vivants  sont des producteurs.
Tout organismes vivant produit sa propre matière à partir de celle qu'il prélève dans le milieu.
Cette matière produite par tous les
organismes  vivants  est de la matière organique.
Pratiquer une démarche scientifique : observer, questionner, formuler une hypothèse afin de relier production de matière et prélèvement de matière dans le milieu. [Compétence 7]

Concevoir un protocole expérimental.

Mettre en œuvre un protocole expérimental.

Respecter des consignes. [Compétence 7]

Manipuler : réaliser des mesures.

Exprimer les résultats de mesures, les traduire sous la forme d'un tableau ou d'un graphique. [Compétence 4 - B2i – domaines 1 et 3]

Réalisation de mesures d'augmentation de masse, de taille pour illustrer l'idée de production de matière.

Présentation des résultats de ces mesures sous forme de tableaux.

Lecture et interprétation d'informations à partir d'une représentation graphique.

Comparaison de la croissance d'un même organisme vivant selon l'importance des ressources du milieu de vie.

 
Les végétaux chlorophylliens n'ont besoin pour se nourrir que de matière minérale, à condition de recevoir de la lumière 

Ce sont des producteurs primaires
Pratiquer une démarche scientifique expérimentale : observer ; formuler une hypothèse explicative ; la valider afin d'identifier, à partir d'une expérience, les besoins nutritifs d'un végétal chlorophyllien.  Conception et/ou réalisation de cultures expérimentales pour mettre en évidence des besoins nutritifs d'une plante chlorophyllienne.

Observation dans l'environnement proche de manifestations, de traces, d'indices de l'alimentation des animaux.

Dissection et analyse d'une pelote de régurgitation d'un rapace

Recherche dans un guide ou une banque de données informatisées des aliments consommés par des animaux. [B2i].


Tous les autres organismes vivants  se nourrissent toujours de matière minérale et de matière organique provenant d'autres êtres vivants.  


Ce sont des producteurs secondaires.

 

Observer des indices afin d'identifier le régime alimentaire d'un animal.

Comprendre qu'un effet (croissance) peut avoir plusieurs causes agissant simultanément.*
  Le sol abrite des êtres vivants qui transforment les restes d'organismes vivants en matière minérale : ce sont des décomposeurs.

L'activité des êtres vivants du sol au travers de réseaux alimentaires, assure la transformation de la matière organique.

La matière des organismes vivants se transforme en matière minérale.

La matière se présente sous diverses formes sujettes à transformations.*


Observer différentes étapes de la décomposition de la matière.

Manipuler : réaliser une observation à la loupe binoculaire et/ou au microscope.

Observation (à l'œil nu, à la loupe binoculaire)
et identification des composantes d'un sol.

- Extraction et observation des organismes vivants d'un sol.

- Observation de décompositions dans la nature
(végétaux et/ou animaux).

- Conception et réalisation de décompositions de différentes matières provenant ou non d'organismes vivants (sable, autres roches, feuilles, papier, débris d'organismes vivants…).
Le sol est composé :

- de microorganismes et restes d'organismes vivants,

de matière minérale provenant de la transformation de la matière organique et des roches du sous sol.

Exprimer les résultats d'une recherche; réaliser un schéma des relations alimentaires dans le sol.
[Mathématiques : nombres décimaux]
[Thèmes de convergence  :  environnement et développement durable]


Sont exclus 
-
la photosynthèse ;
-
la mise en évidence de la matière organique par combustion ;
-
la minéralisation, le cycle du carbone ;
-
l'inventaire systématique de la faune du sol ;
-
la notion de pédogenèse  la formation, la structure et l'évolution des sols.


retour sommaire


Des pratiques au service de l'alimentation humaine.
Durée conseillée: 8 heures.

Objectifs scientifiques
Les pratiques agricoles, artisanales ou industrielles exigent de la rigueur et de la méthode. Pour faire prendre conscience aux élèves de ces exigences, un élevage, une culture, une transformation biologique sont étudiées.
Un seul exemple sera obligatoirement traité.
Les notions et les contenus sont développés dans la limite de ce que l'exemple permet d'aborder. Des notions relatives à la nutrition, à la reproduction, à la croissance sont mobilisées suivant les mêmes principes et les mêmes limites que dans les autres parties du programme ; on s'en tient, pour la fermentation, à l'idée, accessible à l'observation et à l'expérimentation, qu'un micro-organisme approprié transforme la substance sur laquelle il se développe.

Cette partie peut faire l'objet d'une diversification pédagogique  travail en ateliers, par groupes, travail sur projet… sans surcharge de travail en dehors de l'horaire d'enseignement en classe. Il est nécessaire de privilégier les exemples locaux.
Il convient de 
- partir de l'observation du réel ou de documents de substitution d'une pratique agro-alimentaire (visites ou enquêtes, intervention de professionnels ou documents vidéo) ;
- privilégier des activités de nature expérimentale ;
- s'appuyer sur des dossiers documentaires consultables en classe ou au CDI (documentation imprimée ou numérique).
Ce travail, permettra de développer l'usage des technologies de l'information et de la communication et devra déboucher sur une production contribuant à la maitrise de la langue.

Objectifs éducatifs
L'amélioration quantitative et qualitative de la production alimentaire, permise par les progrès des sciences et des techniques, vise la satisfaction des besoins de la population humaine. Elle doit s'inscrire dans une perspective de développement durable.
C'est l'occasion pour les élèves de découvrir certains métiers, ce qui peut les aider dans leur choix d'orientation future [Compétence 7].

Dans le cadre de l'éducation à la responsabilité des élèves, il est essentiel d'accompagner l'étude de l'exemple choisi d'une réflexion sur les limites de la pratique (effets sur l'environnement et la santé, respect des êtres vivants et maintien de la biodiversité).    

Cohérence verticale
Cette partie est la première et seule approche en SVT des biotechnologies et permet d'envisager des problèmes de gestion.

Attitudes
Cette partie du programme favorise le développement des attitudes suivantes :

 - le sens de l'observation ;
- la curiosité pour la découverte des causes des phénomènes naturels ;
- la responsabilité individuelle et collective face à l'environnement et au développement durable ;

- l'esprit critique et la conscience des implications éthiques des progrès scientifiques et techniques ;

- l'intérêt pour les progrès scientifiques et techniques ;

 - l'observation des règles élémentaires de sécurité.



La production alimentaire par l'élevage ou la culture

Connaissances Capacités déclinées dans une situation d'apprentissage Exemples d'activités
L'Homme élève des animaux et cultive des végétaux pour se procurer des aliments.
Le produit de l'élevage ou de la culture répond aux besoins en aliments de l'Homme. (matières grasses, sucres rapides, sucres lents, protéines). *
Elevage ou culture nécessite une gestion rationnelle. *


Mobiliser ses connaissances en situation pour comprendre l'intérêt d'un élevage ou d'une culture pour l'Homme.

Mettre en œuvre un protocole.

Exprimer les résultats d'une recherche : rédiger un compte rendu [Compétence 1 et 4 – B2i domaines 1 et 3].

Rendre compte à l'oral d'un travail individuel ou collectif [Compétence 1 ] sur la pratique agro-alimentaire étudiée.

Repérage des noms des principaux constituants des aliments de l'Homme.

Mise en évidence à l'aide de manipulations simples de quelques constituants du produit (amidon, matière grasse, sucre …).

Recherche (visite, enquête, documents) sur un ou des facteurs favorisant l'élevage ou la culture : le mode de reproduction des êtres vivants concernés, sur les conditions physico- chimiques de la pratique, sur les apports à prévoir.

Reconnaissance d'un mode de reproduction.

Conception d'un dispositif d'élevage ou d'une culture au collège.

Réalisation d'un élevage ou d'une culture au collège en réunissant les conditions nécessaires. Réalisation d'une enquête sur une pratique agroalimentaire (vidéogramme, exposés, page web).

Rédaction d'une production sur la pratique agro-alimentaire étudiée.
Des améliorations quantitatives et/ou qualitatives de la production sont obtenues en agissant sur la reproduction, les conditions d'élevage ou de culture, les apports nutritifs. Percevoir le lien entre sciences (reproduction, conditions de milieu, besoins nutritifs) et techniques (d'élevage ou de culture).
Mathématiques: proportionnalité, pourcentage, organisation des données, nombres décimaux]
[Chimie : identifier par des manipulations simples un ou des constituants d'un produit],
[Technologie] [Thèmes de convergence  :  environnement et développement durable, santé, sécurité]



La production alimentaire par une transformation biologique

Connaissances Capacités déclinées dans une situation d'apprentissage Exemples d'activités
Certains aliments proviennent d'une transformation contrôlée par l'Homme.
Les aliments produits sont issus de la transformation d'une matière première animale ou végétale.
Le produit de la transformation répond aux besoins en aliments de l'Homme (matières grasses, sucres rapides, sucres lents, protéines).*
Selon la façon dont les aliments sont transformés, leur goût peut être différent.
Ces produits transformés visent à satisfaire les goûts des consommateurs.


Mobiliser ses connaissances en situation pour comprendre l'intérêt d'une transformation biologique dans l'obtention de certains aliments.
Manipuler : réaliser une réaction test pour identifier un ou des constituants d'un produit.
Exprimer les résultats d'une recherche : rédiger un compte rendu [Compétence 1].
Regrouper dans un même document plusieurs éléments (texte, image, son, vidéo, graphique…) [Compétence 4 – B2i domaine 3].
Exprimer les résultats d'une recherche : rendre compte à l'oral d'un  travail individuel ou collectif sur la pratique agro-alimentaire étudiée. [Compétence 1]
Mettre en œuvre un protocole pour réaliser une transformation biologique, une fermentation alimentaire.
Manipuler : réaliser une observation au microscope.
Observer, questionner, formuler une hypothèse et la valider  pour déterminer une condition optimale d'action du ferment.

Percevoir le lien entre sciences (fermentation)
et techniques (transformation biologique).
Recherche d'informations lors d'une visite, à partir d'un document multimédia, sur une transformation biologique.
Réalisation d'une enquête.
C
ompte-rendu de la visite, de l'enquête oralement, par écrit, par des photographies ou par un film, ou par un panneau mural, production multimédia…
Mise en évidence du constituant essentiel de la matière première et du produit (matière grasse, amidon, sucre).
Comparer les saveurs des différents produits transformés.
Réalisation d'une transformation biologique
Observation au microscope des constituants (goutte de lait, grain de céréale), des micro-organismes utilisés dans la transformation biologique.
Réalisation d'une fermentation alimentaire.
Recherche des conditions appropriées pour réaliser une fermentation (milieu, température, conditions d'hygiène...).
Recherche de l'effet de variations de température sur une fermentation.
C
onception et schématisation du montage correspondant.
Recherche d'éléments permettant l'amélioration de la production lors de la visite ou à partir de documents.
Recherche d'informations sur la sécurité alimentaire à partir de sources documentaires (presse, documentation informatisée…)
L'Homme maitrise l'utilisation des micro-organismes à l'origine de cette transformation.
Au cours de la fabrication, des micro-organismes appropriés appelés ferments, transforment le produit d'origine, dans des conditions physico-chimiques particulières.
Une meilleure production est obtenue 
-
l'amélioration de la qualité des matières premières ;
-
un choix des micro-organismes employés ;
-
un respect des règles d'hygiène.*


[Mathématiques  proportionnalité, pourcentage, organisation des données, nombres décimaux]
[Français  écoute, compte-rendu écrit et oral]
[Education civique  responsabilité humaine]
[Thèmes de convergence : environnement et développement durable, santé, sécurité]

Sont exclus :
- l'analyse de la constitution chimique des aliments ;
- l'inventaire exhaustif et l'étude expérimentale des besoins alimentaires de l'homme ;
- la recherche systématique des constituants des aliments par des réactions chimiques ;
- l'approche diététique des besoins alimentaires de l'homme ;
- les mécanismes de la fermentation.
retour sommaire


Partie transversale  diversité, parentés et unité des êtres vivants
Durée conseillée : 7 heures à répartir sur toute l'année.

Objectifs scientifiques
L'objectif au collège est de découvrir et d'utiliser la classification actuellement retenue par les scientifiques, qui traduit l'histoire évolutive, les relations de parenté entre les êtres vivants. Il ne s'agit pas, en classe de sixième, d'aller jusqu'à l'interprétation de cette classification en terme d'évolution. Il s'agit tout au long de l'année  :
- d'identifier des êtres vivants en utilisant une clé dichotomique ;
- de les classer selon les critères de la classification évolutive ;
- d'établir leur unité à un niveau structurel au cours d'observations microscopiques.
On se limitera, en classe de sixième, aux êtres vivants rencontrés au cours des activités organisées, sans chercher à être exhaustif. On saisira cependant, durant la scolarité au collège, toute occasion d'identifier et de classer les êtres vivants étudiés.

Objectifs éducatifs
Ce chapitre sera l'occasion de sensibiliser les élèves à la nécessité de reconnaâtre les êtres vivants du milieu proche afin d'identifier et de respecter les espèces à protéger.

Cohérence verticale
A l'école primaire, dès le cycle des apprentissages fondamentaux, la découverte de la diversité des êtres vivants a conduit l'élève à chercher des critères objectifs qui permettent de les classer sommairement. Au cycle des approfondissements, la notion d'espèce est abordée dans le cadre de l'unité et de la diversité du monde vivant. L'idée d'évolution qui sous-tend la classification actuelle sera abordée en classe de troisième.

Attitudes
Cette partie permet le développement des attitudes suivantes :
- le sens de l'observation ;
- l'observation des règles élémentaires de sécurité

Connaissances Capacités déclinées dans une situation d'apprentissage Exemples d'activités
Les organismes vivants sont très divers : c'est la biodiversité *
Une même espèce regroupe, sous le même nom, des êtres vivants qui se ressemblent et peuvent se reproduire entre eux.*
Les organismes vivants sont classés en groupes emboîtés définis uniquement à partir des attributs qu'ils possèdent en commun

Ces attrinuts définis par les scientifiques permettent de situer des organismes vivants d'espèces différentes dans la classification actuelle.*
Rechercher l'information utile, l'analyser, la trier  afin de déterminer un organisme vivant à partir d'une clé de détermination. [Compétence 7]

Rechercher l'information utile, l'analyser, la trier, l'organiser afin de créer des groupes emboîtés dans la classification. [Compétence 7]

Rechercher l'information utile et mobiliser ses connaissances en situation afin de replacer  un organisme vivant de l'environnement proche dans la classification actuelle. [Compétence 7]

Observation orienté d'un organisme vivant.
Utilisation d'une clé dichotomique pour déterminer les êtres vivants rencontrés, avec une faune, une flore, une banque de données informatisées.
[B2i]

Exploitation de résultats expérimentaux sur la pollinisation.

étude de documents historiques concernant la notion d'espèce. [Histoire des sciences]
Recherche documentaire afin de comprendre pourquoi deux individus qui se ressemblent ne font pas parti de la même espèce.

Au niveau microscopique les organismes vivants sont constitués de cellules.

la cellule est l'unité d'organisation des êtres vivants.

Certains organismes vivants sont constitués d'une seule cellule, d'autres sont formés d'un nombre souvent très important de cellules 
La cellule possède un noyau, une membrane, du cytoplasme.


Manipuler : réaliser une préparation microscopique.
Manipuler : réaliser une observation microscopique.

Exprimer les résultats d'une recherche :
réaliser un dessin scientifique.

Situer dans le temps des découvertes scientifiques. [Compétence 5]

Respecter les consignes de fiches techniques.
[Compétence 7]
Observation orientée d'un organisme vivant.
Comparaison d'organismes et regroupement en fonction des caractères qu''ils partagent.
Constitution de groupes emboîtés. [B2i]
Positionnement dans la classification actuelle d'un organisme vivant rencontré dans le milieu.
Réalisation d'une préparation microscopique d'épiderme d'oignon.
Observation au microscope de cellules animales et végétales, d'un micro-organisme unicellulaire en privilégiant des êtres vivants observés dans le milieu.
Production et comparaison de dessins scientifiques de cellules animale et végétale.
Mise en relation de l'évolution du concept de cellule et de l'évolution des techniques d'observation. [Histoire des sciences]
[Mathématiques  ordre de grandeur]
Sont exclus
- la réalisation et la mémorisation des critères de la clé dichotomique utilisée et de la classification actuelle ;
- la classifications reposant sur une absence de caractères (par exemple  « pas de vertèbres = les invertébrés ») ;
- la présentation exhaustive de la classification actuelle des êtres vivants ;
- l'interprétation évolutive de la classification actuelle ;
- les constituants de la cellule non cités.


retour sommaire