Accès direct au contenu

Accessibilité Accueil Plan du site Contact

  education.gouv.fr

Accueil > Académie > Le projet académique

 

Mettre en œuvre l’École de la refondation en Lorraine


La communauté éducative de Lorraine se dote de sa feuille de route pour les quatre années à venir. Ce moment à la fois heureux et grave témoigne de nos justes ambitions au cœur de la refondation d’une école inclusive : faire de l’académie de Nancy-Metz un lieu privilégié d’action pour l’égalité sociale en valorisant les spécificités positives d’une région transfrontalière.
 

Une pluralité d’acteurs mobilisés pour l’avenir de la communauté éducative



Un projet académique n’est pas un simple bilan d’étape, c’est d’abord la marque d’un engagement commun pour l’avenir. 
 
Ceux qui œuvrent à tous les niveaux de la chaîne éducative doivent se retrouver à la lecture de ces pages. Tous les acteurs se doivent de souligner la cohérence et la complétude des espaces de formation pour permettre à l’enfant puis au jeune de se projeter et de franchir sereinement tous les seuils. 
 
Mais pour que leur mission se déploie au mieux, les membres de la communauté éducative ne sont pas seuls. Ils peuvent compter sur le concours d’une administration responsable et efficace que nous nous engageons à moderniser davantage, dans le respect des missions impératives du service public. La simplicité d’accès aux services doit aussi favoriser les liens entre l’institution éducative et les familles. En effet, ce n’est qu’avec l’établissement d’un dialogue suivi, libre et respectueux avec les parents, que le climat scolaire, la réussite éducative, l’égalité entre filles et garçons, l’inclusion des élèves en situation de handicap sauront devenir des réalités. 
 
Et parce que toute académie est une imbrication vivante de territoires, les représentants régionaux et départementaux de l’État, les élus des municipalités, des conseils généraux et du Conseil régional ainsi que du Parlement sont nos interlocuteurs naturels autour de la redéfinition de l’éducation prioritaire et du tracé d’une carte des formations encore plus attractive et ambitieuse au service de tous nos é3l&egvaVe;ves et étudiants.

Les élèves au cœur d’un grand dessein : égalité, équité et valorisation des spécificités lorraines


Les axes cardinaux du projet s’imposent au fil de 28 mesures précises en adéquation avec les priorités dessinées par la ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche : l’acquisition du socle commun avec une attention toujours plus grande apportée à l’école primaire, l’accompagnement de trajectoires de formation choisies plutôt que subies dès la fin du collège, dans l’enseignement général et technologique comme professionnel, et le développement d’un arsenal performant pour piloter l’action des personnels éducatifs et d’encadrement ainsi que les élèves et leurs familles.
 
L’égalité est le maître mot de notre dynamique d’éducation. C’est un principe de la Constitution républicaine que l’École de la refondation depuis la loi de juillet 2013 a remis au premier plan et a assorti d’objectifs précis de lutte contre les déterminismes et contre les exclusions. Si l’école primaire est le lieu premier d’intervention pour l’égalité, à l’autre bout de la chaîne éducative, notre académie conserve un taux de poursuite d’études supérieures trop faible. Plus de jeunes Lorrains doivent accéder à l’enseignement supérieur. 

Dans une région où le « sillon lorrain » concentre la plus grande partie des activités économiques, les déséquilibres territoriaux caractérisent des espaces départementaux souvent écartelés entre, d’une part, des zones rurales et des régions désindustrialisées en décroissance démographique et, d’autre part, des agglomérations en croissance avec des populations fragiles. Lutter, grâce aux dispositifs de rééquilibrage scolaire, pour l’équité territoriale est l’autre des grandes priorités de ce projet académique.

Dès lors, la communauté éducative doit avoir à cœur de valoriser un territoire dont la spécificité ne se limite pas à des contraintes socio-économiques marquées par des taux de chômage supérieurs à la moyenne nationale. Le projet académique entend faire de l’espace transfrontalier au cœur de la « Grande Région » un véritable atout pour l’avenir des jeunes Lorrains. L’espace germanophone s’ouvre sur la France grâce à une politique résolue d’apprentissage du français. Il faut savoir y répondre sans pratiquer d’exclusive au détriment des autres langues mais en intensifiant la pratique de l’allemand à tous les niveaux et dans tous les secteurs de nos formations, avec des efforts particuliers en direction des maternelles, des collèges et des lycées professionnels et avec la perspective de mutualiser avec d’autres académies nos expériences frontalières.


 
L’aventure de l’académie de Nancy-Metz pourra se poursuivre au mieux, en dépit de pesanteurs socio-économiques sévères, si chacun des acteurs internes et externes de la communauté éducative est persuadé que la concertation est le premier des leviers d’action pour faire de l’école refondée un laboratoire efficace où l’égalité et l’équité garantissent la liberté et le plaisir d’apprendre, conditions indispensables de l’innovation.
 

Gilles Pécout
Recteur de l’académie de Nancy-Metz
Chancelier des universités de Lorraine
 

mise à jour le 17 novembre 2014