Accès direct au contenu

Accessibilité Accueil Plan du site Contact

  education.gouv.fr

Accueil > Actualités > 2013 > Décembre

Refonder l'éducation prioritaire

 

 
Inscrite dans la loi de refondation de l'École de la République, la réduction des inégalités sociales et territoriales est l'une des priorités du Gouvernement. Vincent Peillon, ministre de l'éducation nationale, et George Pau-Langevin, ministre déléguée chargée de la réussite éducative, ont présenté la réforme de l'éducation prioritaire, jeudi 16 janvier 2014. Un référentiel qui définit six priorités pour les réseaux d’éducation prioritaire a été établi pour permettre aux équipes d’exercer pleinement leur liberté pédagogique en s’appuyant sur des repères solides et fiables.

Avant-Propos
Donner la priorité à la jeunesse, c’est donner le meilleur à tous les enfants de France, et cela quels que soient leur milieu social, leur quartier, leur origine. Nous en sommes loin.
L’inégalité face à l’éducation est la première des injustices contre lesquelles nous devons lutter. Or elle s’est accrue ces dernières années. La refondation de l’École de la République que nous avons engagée depuis plus d’un an est tout entière tournée vers l’ambition de rendre notre École plus juste, de faire qu’elle soit exigeante et bienveillante avec tous les élèves, pour les porter au plus haut de leurs possibilités.
La difficulté scolaire est aujourd’hui concentrée sur certains établissements, où les élèves sont le plus souvent issus de familles défavorisées. Lutter contre ces inégalités est l’affaire de la société dans son ensemble, mais l’École doit en prendre pleinement, résolument sa part. C’est ma volonté.
C’est pourquoi il est impératif d’engager un plan sans précédent pour refonder l’éducation prioritaire, et de faire comprendre à chacun que la justice n’est pas l’ennemie de l’excellence mais sa condition.
Le plan que je présente aujourd’hui pour refonder l’éducation prioritaire a été élaboré conjointement avec George Pau-Langevin, ministre déléguée à la réussite éducative, et en relation avec François Lamy, ministre délégué en charge de la ville. Centré sur la pédagogie, programmant des moyens très importants en faveur de l’éducation prioritaire, il permettra aux équipes pédagogiques de bénéficier d’une formation plus complète, de voir leur travail en équipe facilité et leur engagement professionnel mieux reconnu.
Mais à côté des nombreuses mesures concrètes que contient ce plan, je souhaite mettre en avant l’état d’esprit qui préside à la réussite en éducation prioritaire. Les professeurs et tous ceux qui exercent dans les écoles et les collèges de l’éducation prioritaire peuvent être fiers de la mission qui leur revient. Ils partagent une véritable culture du collectif et de la coopération, une exigence pédagogique et les valeurs humanistes qui font droit à la dignité et à la capacité de chaque enfant. Ils portent haut les valeurs de l’École et de la République en œuvrant, ensemble, à la réussite de tous leurs élèves.
C’est pourquoi ce plan pour refonder l’éducation prioritaire s’est d’abord fondé sur les constats et les attentes des équipes de terrain. En faisant confiance à leur expérience et à leur réflexion, je suis convaincu que nous pourrons atteindre nos objectifs et redonner sens et force à la promesse républicaine.
C’est une condition pour que la Nation puisse porter un regard confiant et plein d’espoir sur son avenir.
 
Vincent Peillon
Ministre de l’Education nationale
 
Les mesures-clés
 
 
Axe 1 : Des élèves accompagnés dans leurs apprentissages et dans la construction de leur parcours scolaire
 
Mesure 1 - La scolarisation des moins de 3 ans dans chaque réseau
La scolarisation des enfants avant trois ans a été identifiée comme un puissant levier pour la réussite des élèves, notamment de ceux issus des milieux les moins favorisés.
 
Mesure 2 - "Plus de maîtres que de classes" dans chaque école
L’affectation dans une école d’un maître supplémentaire favorise le travail collectif des enseignants et contribue à bien identifier les besoins des élèves et à accompagner leurs apprentissages par des pédagogies différenciées.
 
Mesure 3 - Un accompagnement continu jusqu’à 16 h 30 pour les élèves de sixième
Les élèves de sixième bénéficieront d’aide aux devoirs, d’un soutien méthodologique ou d’un tutorat pendant les temps laissés libres entre les heures de cours en étant accueillis dans l’établissement jusqu’à 16h30.
 
Mesure 4 - L’extension du dispositif D’Col dans tous les collèges de l’éducation prioritaire
Depuis la rentrée 2013, D’Col propose aux élèves de 6e en difficulté un dispositif numérique innovant d’aide individualisée, de soutien et d’accompagnement en français, en mathématiques et en anglais. Un enseignant référent prend en charge et encadre les élèves deux heures par semaine autour d’activités pédagogiques numériques.
 
Mesure 5 - Développer l’ambition et la curiosité des élèves pour les aider à construire leur parcours
Plusieurs dispositifs permettront d’accroître l’ambition scolaire des élèves de l’éducation prioritaire.
 
Mesure 6 - Le développement d’internats de proximité pour les collégiens
Les jeunes issus de milieux modestes peuvent avoir besoin de conditions d’hébergement et d’études adaptées pour réussir. Le développement d’internats de proximité, prévu par les investissements d’avenir, doit répondre à ce besoin.
 
Axe 2 - Des équipes éducatives formées, stables et soutenues
 
Mesure 7 - Du temps pour travailler ensemble
Du temps sera dédié à la formation, au travail en équipe et au suivi des élèves dans les réseaux les plus difficiles :
- au collège : une heure et demie par semaine
- en primaire : 9 jours par an
 
Mesure 8 - Un grand plan de formation continue et d’accompagnement pour l’éducation prioritaire
- Trois jours de formation annuels garantis dans les réseaux les plus difficiles
- Des experts de terrain pour accompagner les équipes
- Un tutorat pour les nouveaux enseignants
 
Mesure 9 - Des incitations fortes pour stabiliser les équipes
- Une rémunération plus attractive grâce à des indemnités revalorisées significativement
- Un parcours en éducation prioritaire qui sera valorisé dans la carrière
- Des affectations ciblées en fonction des besoins locaux et du projet éducatif
 
Axe 3 - Un cadre propice aux apprentissages
 
Mesure 10 - Des projets de réseau pérennes construits sur la base des meilleures pratiques
Un référentiel élaboré à l’issue des assises ayant rassemblé l’ensemble des acteurs de l’éducation prioritaire servira de base pour construire des projets de réseaux et faire évoluer les pratiques pédagogiques. Les moyens alloués sur cette base seront garantis pour une durée de 4 ans.
 
Mesure 11 - Un fonds académique pour financer des actions pédagogiques et l’animation des réseaux
Les équipes pédagogiques locales bénéficieront de moyens leur permettant d’engager des actions innovantes au service des élèves.
 
Mesure 12 - Un accueil des parents, chaque matin, pour mieux les associer à la vie de l’école
Plus encore qu’ailleurs, l’École de la République doit s’ouvrir aux parents d’élèves : plusieurs dispositifs leur permettant de suivre les apprentissages de leurs enfants seront développés.
 
Mesure 13 - 500 assistants de prévention et de sécurité supplémentaires pour améliorer le climat scolaire
Les assistants de prévention et de sécurité, mis en place dès la rentrée 2012, ont fait leurs preuves sur le terrain et contribuent à rendre le climat scolaire plus serein. Ils sont formés et participent pleinement à l’équipe de l’établissement.
 
Mesure 14 - Un infirmier scolaire supplémentaire dédié aux écoles et un assistant social, dans les réseaux les plus difficiles
Aujourd’hui essentiellement présent(e)s au collège, les infirmier(e)s scolaires ont un rôle essentiel à jouer dans la prévention des risques de santé dès l’école primaire. Les personnels sociaux contribuent, pour leur part, à un meilleur suivi des élèves tout au long de leur scolarité.
 
Refonder l'éducation prioritaire : pour en savoir plus
 


mise à jour le 16 janvier 2014