Suivi de la santé des élèves

Temps de lecture 5 minutes

Visites médicale et de dépistage

Une première visite médicale obligatoire entre cinq et six ans

Une première visite médicale obligatoire intervient dans la sixième année de l'enfant, en grande section de maternelle ou au cours préparatoire (CP). La présence d'un parent est fortement conseillée.Cet examen comprend le repérage précoce des signes qui peuvent entraîner des difficultés ultérieures d'apprentissage : problèmes visuels, auditifs, troubles du langage. Il prévient et détecte les cas d'enfants maltraités. Après ce premier examen complet, si des difficultés sont mises en évidence, vous pouvez rencontrer les personnels de santé de l'éducation nationale pour envisager le suivi de votre enfant.

Un suivi de santé tout au long de la scolarité

Une visite de dépistage infirmier a lieu lors de la douzième année de l’enfant.

Lorsque des problèmes de santé ont été repérés, les médecins et les infirmiers de l'Éducation nationale travaillent en lien avec les parents et l'équipe éducative afin qu‘une prise en charge et un suivi adaptés à l’enfant soient réalisés.

Tous les élèves et leurs familles qui le souhaitent peuvent rencontrer un infirmier ou un médecin de l’éducation nationale.

 

Soins et urgences

En cas de scolarisation d'élèves atteints d'une maladie chronique ou de handicap, les médicaments prescrits doivent être à disposition du personnel de santé ou de l'adulte responsable et tous les matériels nécessaires doivent être disponibles dans l'infirmerie. Les médicaments inscrits sur le protocole d'urgence doivent être dans la trousse de secours de l'enfant et leur validité vérifiée annuellement.

L'organisation des soins et des urgences dans les écoles, les collèges et les lycées est précisée dans le cadre d'un protocole national. Il permet ainsi d'harmoniser les pratiques professionnelles et de préciser les modalités.

Des consignes précises sur la conduite à tenir en cas d'urgence doivent être affichées.

Tous les établissements et les écoles s'assurent le concours d'un service d'hospitalisation proche, susceptible d'accueillir les élèves en cas d'urgence. Les lycées et collèges avec internat ou ateliers disposent souvent d'une infirmière à temps plein.

Dans tous les cas graves, la famille est prévenue ainsi que le directeur d’école ou le chef d'établissement.