Commémoration de l'assassinat du professeur Samuel Paty

Le recteur Jean-Marc Huart a participé à la cérémonie commémorant l’assassinat du professeur Samuel Paty vendredi 15 octobre 2021 au lycée Henri Poincaré à Nancy (54)

Le recteur Jean-Marc Huart a participé à la cérémonie commémorant l’assassinat du professeur Samuel Paty vendredi 15 octobre 2021 au lycée Henri Poincaré à Nancy (54). Étaient également présents Arnaud Cochet, préfet de Meurthe-et-Moselle, Mathieu Klein, maire de Nancy, Chaynesse Khirouni, présidente du Conseil départemental et la sénatrice Véronique Guillotin.

Le recteur a d’abord assisté à une séquence pédagogique dans un cours d’Histoire-Géographie autour du devoir de mémoire à travers 4 thématiques : commémoration, relation professeur/élèves, esprit critique et valeurs de la République.

Il a ensuite prononcé un discours solennel, suivi par une minute de silence et des lectures de textes à deux voix par un élève et un professeur du lycée.

Les élèves de la voie technologique musique et danse ont rendu hommage au professeur Samuel Paty en interprétant une marseillaise instrumentale et chorégraphiée avec un chœur.

Des commémorations ont eu lieu aujourd’hui le même jour dans tous les établissements de l’académie et de France. Ces hommages témoignent d’une École unie face à l’adversité et à la barbarie.

Retrouvez ci-dessous en intégralité le discours prononcé par le recteur Jean-Marc Huart lors de la cérémonie de commémoration :

« Mesdames, Messieurs les élus, Monsieur le préfet, Madame la sénatrice, Madame la présidente du Conseil départemental, Monsieur le maire, maire, Monsieur le président de l’Association régionale des professeurs d’Histoire-Géographie, Monsieur le proviseur, Mesdames, Messieurs les professeurs et l’ensemble de la communauté éducative du lycée Henri Poincaré de Nancy, chers élèves,

Nous sommes aujourd’hui réunis au lycée Henri Poincaré de Nancy pour rendre hommage au professeur Samuel Paty, professeur d’Histoire-Géographie et d’enseignement moral et civique.

Je vous remercie, toutes et tous, d’être présents à cette commémoration.

Il y a un an, notre collègue a été assassiné par un terroriste islamiste parce qu’il avait fait le choix d’enseigner ; assassiné parce qu’il accompagnait ses élèves sur le chemin du savoir ; lâchement assassiné parce qu’il apprenait à ses élèves à devenir citoyens.

Samuel Paty respectait les élèves, quelles que soient leurs croyances, il s’adressait à tous les élèves, sans distinction, sans discrimination.

Il incarnait la République, la liberté qui se transmet et se perpétue à l’école.

J’aimerais citer un extrait de la « Lettre aux instituteurs » écrite par Jules Ferry le 27 novembre 1883 :

« Monsieur l’Instituteur, (…) des diverses obligations qu’il vous impose, celle assurément qui vous tient le plus à cœur, celle qui vous apporte le plus lourd surcroît de travail et de souci, c’est la mission qui vous est confiée de donner à vos élèves l’éducation morale et l’instruction civique (…) »

Chers professeurs, à travers cet assassinat barbare, ce n’est pas seulement l’École et la communauté éducative qui sont visées, c’est la Nation tout entière qui a été attaquée. 

L’École est le pilier de la République, et vous, chers professeurs, êtes des « hussards noirs de la République » comme l’écrivait Charles Péguy en 1913.

Engagés au quotidien dans la formation des jeunes, vous défendez l’École de la République et transmettez à vos élèves ces valeurs apposées sur les frontons des bâtiments : celles de liberté, d’égalité, de fraternité : 

La liberté, celle de dire et de s’exprimer ;

L’égalité, que l’École incarne en offrant les mêmes chances,

La fraternité, en accueillant et en enseignant à tous les élèves.

Vous êtes, chers professeurs, les remparts contre la haine. Les savoirs que vous transmettez, l'apprentissage de la démocratie, sont la réponse de l'Ecole à la barbarie.

Vous jouez un rôle essentiel en apprenant à vos élèves à distinguer les savoirs des croyances, les savoirs des opinions.

D’années en années, à chaque nouvelle génération d’élèves, vous renouvelez votre engagement pour participer à la transmission du savoir et à la construction de l’esprit critique des citoyens français.

Savoir penser, c'est aussi penser contre soi, se questionner, se remettre en cause, comprendre que le premier obstacle à une pensée "libre" c'est soi-même, ses préjugés, ses croyances, ses évidences.

Chers professeurs, vous êtes des héros discrets qui œuvrent au quotidien.

A travers l’hommage à notre collègue, je veux vous rendre hommage directement.

Chers élèves, je sais pouvoir compter sur votre engagement sur les sujets qui vous tiennent à cœur et ceux qui vous révoltent.

Chers élèves, recevez de vos professeurs le meilleur, c’est-à-dire cette capacité à penser, à penser par vous-même, à lutter contre les préjugés, les fake news.

Chers délégués de classe, votre élection à travers le processus de démocratie scolaire, vous donne une légitimité. Elle vous oblige aussi. Vous avez plus que jamais un rôle à jouer pour défendre les valeurs républicaines et lutter contre toutes les formes de haines.

Je compte sur vous pour y veiller, en hommage au professeur Samuel Paty, mort pour la France, mort pour avoir encouragé l’esprit critique de ses élèves en exerçant ses missions de professeur.

Les valeurs de la République sont l’affaire de tous. Les professeurs et les élèves ne sont pas les seuls à les défendre. Chacun doit s’y engager, au sein de la communauté éducative et au-delà.

[…]

Je vous remercie. »